De plus en plus, Apple tente de conquérir le terrain des adolescents et pré adolescents, à coups d’animation ou de séries jeune public. Avec Circuit Breakers, la marque à la pomme propose cette fois une anthologie en 7 volumes, où la science croise la fiction. Verdict ?

Black Mirror en famille

Que feriez-vous si vous aviez une télécommande à parents ? Un tel object est-il merveilleux, ou terrifiant ? Et si vous pouviez vous faire remplacer par un clone ou un robot pour vos tâches ménagères ? Dans ces sept récits, dans la droite ligne de Black Mirror, les contextes sont moins glauques et existentiels, mais les questions demeurent. Quel est notre rapport à la technologie aujourd’hui, et surtout lorsque l’on a entre 12 et 16 ans? Par ce passage fictionnel, la série a clairement l’envie de poser ces interrogations. Tout en restant avant tout un object de divertissement, avec un petit plus. Quand le Bus Magique rencontre Black Mirror.

A lire aussi:
Présumé Innocent : Apple TV+ dévoile une bande-annonce qui évoque le célèbre film original avec Harisson Ford

Des histoires bien menées

Plus qu’une simple série pédagogique, il y a quand même un vrai intérêt à se laisser porter par la série, et on s’attache à ces personnages variés, pas clichés pour un sou, et tous mus par la même curiosité. Dans Circuit Breakers, comme dans la vie d’ailleurs, celle-ci n’est pas un si vilain défaut. Il faut juste savoir s’en méfier.

Au casting, pas de têtes trop connues à l’affiche, malgré la présence de Quincy Kirkwood, déjà vue dans la regrettée Y: The Last Man, ou encore Callan Farris (Grimcutty). Mais l’alchimie de la série issue de la cinéaste Melody Fox et du producteur-réalisateur Matt Hastings fonctionne assez bien, et on se prend volontiers à cette série qui se déguste sans faim, en famille ou juste pour occuper vos ados et vos plus grands.

Circuit Breakers est disponible dès aujourd’hui en exclu sur AppleTv+

Dans la même catégorie