Netflix nous offre une nouvelle pépite avec la mini-série « Eric », mettant en vedette l’incroyable Benedict Cumberbatch. Cette série en six épisodes, créée par Abi Morgan, nous plonge dans les rues vibrantes, dangereuses et enivrantes de New York des années 80. Benedict Cumberbatch incarne Vincent, un marionnettiste renommé dont la vie bascule lorsque son fils de 9 ans disparaît. À travers cette série, nous explorons les profondeurs de la perte, du désespoir et de la quête de rédemption.

L’histoire

Vincent est l’un des marionnettistes les plus en vue de New York et le créateur du célèbre show pour enfants « Good Day Sunshine ». Cependant, sa vie bien ordonnée s’effondre lorsque son fils, Edgar, disparaît sans laisser de trace sur le chemin de l’école. Dévasté par la perte de son fils, Vincent sombre dans une spirale de détresse et de comportement destructeur. Il se raccroche aux dessins d’un monstre bleu, Eric, réalisés par Edgar, convaincu que la clé pour retrouver son fils réside dans ces illustrations. Tandis que Vincent s’enfonce dans la folie, Eric devient son unique allié dans cette quête désespérée.

Une plongée profonde dans les années 80

« Eric » est bien plus qu’une simple série policière. C’est une plongée immersive dans les années 80, une époque marquée par des taux de criminalité élevés, la corruption interne, le racisme endémique, une classe oubliée et l’épidémie de sida. La série dépeint un New York sombre et réaliste, où chaque personnage lutte contre ses propres démons. Vincent, en particulier, est un personnage complexe, charismatique mais narcissique, dont les failles personnelles éclatent au grand jour après la disparition de son fils.

Benedict Cumberbatch, une performance magistrale

Benedict Cumberbatch, également producteur exécutif de la série, livre une performance nuancée et poignante. Vincent est un personnage multidimensionnel : intelligent, charismatique, mais aussi profondément imparfait. Sa quête pour retrouver son fils révèle ses faiblesses, ses erreurs passées et son incapacité à maintenir une relation saine avec sa famille. La transformation physique de l’acteur, avec ses cheveux longs, sa barbe et ses lunettes, contribue à le distinguer de ses rôles précédents, offrant au public une nouvelle facette de son immense talent.

A lire aussi:
Plongée dans les coulisses d’un tournage, « Fiasco » nous fait découvrir avec humour l’envers du décor

Un casting de qualité

Aux côtés de Cumberbatch, la série « Eric » bénéficie d’un casting talentueux, dont la dynamique apporte une profondeur supplémentaire à l’intrigue. Chaque personnage, du policier gay noir aux prises avec un système défaillant à la femme piégée dans un mariage malheureux, cherche désespérément un lieu où ils se sentent chez eux. Cette quête universelle d’appartenance résonne tout au long de la série, ajoutant une couche d’humanité à ce drame intense.

À travers cette histoire de perte et de rédemption, Abi Morgan nous offre une réflexion poignante sur les liens familiaux, les luttes personnelles et les démons intérieurs. « Eric » nous rappelle que, parfois, les monstres les plus terrifiants sont ceux que nous créons nous-mêmes. Ne manquez pas cette mini-série incontournable sur Netflix, une véritable œuvre d’art télévisuelle qui vous tiendra en haleine du début à la fin.

« Eric » dès le 30 mai sur Netflix.

Dans la même catégorie