Deux ans auparavant, « House of the Dragon » avait démontré que l’univers de « Game of Thrones » avait encore du potentiel. Après les critiques concernant la dernière saison précipitée de la série principale, la série préquelle avait reconquis les fans sceptiques en revenant à l’essence de ce qui avait rendu Westeros captivant : les intrigues politiques, les personnages complexes, et les grands moments marquants.

Cependant, après avoir prouvé que la formule fonctionnait toujours, où va la série dans sa deuxième saison ? Le choix du showrunner Ryan Condal est de continuer sur la même voie, en offrant plus de « Game of Thrones » — ce qui reste bon, mais moins excitant qu’auparavant. Ce n’est pas périmé, mais très familier.

Nous avons vu les 4 premiers épisodes et voici notre avis…

L’histoire

L’histoire reprend peu après la fin de la saison 1, où le dragon Vhagar, monté par Aemond Targaryen (Ewan Mitchell), avait tué son neveu Lucerys (Elliot Grihault), fils de la reine Rhaenyra Targaryen (Emma D’Arcy). Westeros est au bord de la guerre, Rhaenyra, fille et héritière choisie du défunt roi Viserys (Paddy Considine), et la reine Alicent Hightower (Olivia Cooke), sa femme et mère d’Aegon (Tom Glynn-Carney), son premier fils et héritier traditionnel, revendiquant toutes deux le trône de fer.

A lire aussi:
"Becoming Karl Lagerfeld" : Un portrait (trop?) flatteur d'un designer controversé

Rhaenyra cherche à se venger mais souhaite éviter un bain de sang inutile. Malheureusement, son mari/oncle, Daemon (Matt Smith), a ses propres plans de succession. Alicent veut également éviter les massacres, mais elle est entourée de jeunes hommes impulsifs — ses fils Aegon et Aemond, et son garde du corps Ser Criston Cole (Fabien Frankel) — qui pensent tout savoir. Un thème récurrent de la série est l’escalade des conflits par de jeunes hommes à la recherche de gloire.

Verdict

La complexité de l’intrigue reste, comme toujours, une marque de fabrique de « Game of Thrones ». Condal, George R.R. Martin et l’équipe de scénaristes parviennent à maintenir l’intérêt malgré la profusion d’expositions et de descriptions. Les dialogues sont bien écrits, bien qu’il soit parfois nécessaire d’activer les sous-titres pour tout comprendre.

Les performances des acteurs sont également notables, notamment Emma D’Arcy et Ewan Mitchell, ce dernier incarnant Aemond avec une menace glaciale. Matt Smith continue de captiver avec le charismatique mais perturbant Daemon.

Les quatre premiers épisodes envoyés pour critique semblent surtout poser les bases pour des développements à venir, suivant le modèle habituel de « Game of Thrones » de longues préparations avant des explosions finales. Malgré quelques moments où l’attention peut s’égarer, les scènes d’action, notamment les combats aériens avec des dragons, sont à la hauteur des attentes.

A lire aussi:
Bande-annonce explosive et révélations sur la série Dune: Prophecy - Tout ce que vous devez savoir avant la première !

En conclusion, la saison 2 de « House of the Dragon » ne semble pas être un événement majeur comme les nouvelles saisons de « Game of Thrones » l’étaient, mais elle reste une des plus grandes séries télévisées actuelles dans ses meilleurs moments.

Points forts :

  • Actions épiques
  • Performances charismatiques
  • Personnages complexes
  • Sonoya Mizuno n’adopte plus un accent inexplicable

Points faibles :

  • Trop de préparation
  • Un sentiment de prudence

A voir dès le 17 juin sur Be Tv & Streamz et dès le 1er juillet sur HBO Max.

Dans la même catégorie