Le documentaire Icare enquête sur la grande affaire de dopage des athlètes russes lors des JO de Sotchi. Ce scandale entraina une série de disqualifications de plusieurs médaillés, y compris d’or.

Vous vous demandez pourquoi les 335 athlètes russes concourent sous le nom « ROC » (pour Comité olympique russe), avec un drapeau neutre, aux Jeux Olympiques de Tokyo? Icare vous donnera la réponse. Ce film documentaire traite du système étatique de dopage en Russie, qui a conduit le pays à une suspension de deux ans pour fraude généralisée au dopage durant les JO de Sotchi en 2014. Contrôles d’urine positifs, mort inexpliquée et médailles d’or olympiques : Icare révèle le plus grand scandale de l’histoire du sport.

Un complot révélé au grand jour

Dans Icare, le réalisateur Bryan Fogel enquête sur le dopage sportif et rencontre Grigori Rodtchenkov, ancien directeur du laboratoire de l’Agence mondiale antidopage (AMA). Le scientifique décrit alors son implication dans un complot visant à aider les athlètes russes à déjouer les contrôles anti-dopage durant les Jeux olympiques d’hiver 2014 à Sotchi. Il révèle ainsi en détail le système de dopage institutionnel organisé par la Russie, ainsi que le schéma de « protection » des athlètes russes par manipulation de leurs échantillons.

A lire aussi:
Schumacher, l’ascension d’une légende

Produit par Netflix en 2017, et disponible en streaming sur la plateforme, Icare a reçu l’Oscar du meilleur film documentaire en 2018.

Dans la même catégorie