Mars 2020. Alors que le monde est plongé dans une crise sanitaire sans précédent, le jeune comédien et réalisateur Bo Burnham décide de monter et filmer un spectacle seul dans une petite dépendance à peine aménagée. Le résultat : 1h30 de profonde solitude, de réflexions tragi-comiques et d’introspection pure qui parlera à une génération bercée par internet.

Bo Burnham : le prototype de la génération Y

Du haut de ses 30 ans, Bo Burnham incarne parfaitement la génération Y. Celle qui fut la première à s’approprier les codes d’internet et, plus tard, des réseaux sociaux. Opportuniste, précoce et extrêmement talentueux, il ouvre sa chaîne YouTube en 2006 pour y publier des chansons satiriques qui dénoncent (déjà) les médias, la pop culture, internet et ses dérives.

Internet comme exutoire

Suscitant l’intérêt et le respect des humoristes « traditionnels », il eut rapidement droit à des petits rôles à la télévision puis au cinéma avant de monter ses propres spectacles (tous disponibles sur Netflix) et de réaliser son premier long métrage en 2018 (Eight Grade). Leur point commun : tous parlent du web et de la manière avec laquelle il façonne notre existence.

A lire aussi:
Brooklyn Nine-Nine: que nous réserve la 7ème saison?

Inside : son œuvre ultime

Pendant le confinement, Bo a façonné un autre spectacle : Inside. Dans ce dernier, l’humoriste se met à nu (au propre comme au figuré) et laisse transparaître ses émotions conflictuelles. Si il reconnait avoir besoin d’internet (et du streaming) pour exister en tant qu’artiste, il ne peut plus supporter ce qu’il y trouve, ses codes et son fonctionnement. Beaucoup de jeunes ayant grandi avec et sans internet se posent exactement les mêmes questions, ce qui rend le spectacle puissant et ô combien important pour la réflexion personnelle et le débat sociétal.

Inside de Bo Burnham est disponible sur Netflix.

Dans la même catégorie