Quatre ans après la fin de The Americans, Keri Russell est de retour dans une série qui oscielle entre drame et thriller politique – mais dans la société d’aujourd’hui cette fois-ci – ‘The Diplomat. Pas de guerre froide au menu mais bien une crise internationale qui risque de dégénérer en guerre…  

Le pitch

Kate Wyler (Keri Russell) est la nouvelle ambassadrice des États-Unis au Royaume-Uni. Parfaitement à l’aise dans les zones de conflit, elle devait initialement être nommée en Afghanistan… alors qu’elle se sent nettement moins à sa place dans une demeure historique. Tandis que la guerre couve sur un continent et éclate sur un autre, Kate va devoir désamorcer des crises internationales, forger des alliances stratégiques et s’adapter à son nouvel environnement prestigieux, tout en préservant son mariage à un collègue diplomate, ancien ambassadeur et star de la politique, Hal Wyler (Rufus Sewell).

Et comme on le voit dans la bande-annonce, son mari ne peut s’empêcher de mettre son grain de sel dans cette crise et ce n’est pas du goût de son épouse… L’intrigue se veut donc complexe, tout en gardant un peu d’humour et de légèreté.

Pour cette série, produite par Keri Russell elle-même, la plateforme a mis les petits plats dans les grands en réunissant la crème de la crème du paf. Deborah Cahn en showrunneuse, à qui l’on doit les excellents Homeland et The West Wing. Mais le casting n’est également pas en reste avec Rufus Sewell (Kaleidoscope, The Man in the High Castle), Ato Essandoh (Chicago Med), Celia Imrie (Finding Your Feet) ou encore Michael McKean (Better Call Sall).

« The Diplomat » est un drame politique contemporain à haute tension sur la transcendance et la souffrance auxquelles peuvent conduire les relations de longue durée, qu’elles soient nouées entre les pays ou les personnes.

La série est composée de 8 épisodes et sera disponible dès le 20 avril sur Netflix.

A lire aussi:
Dix films mémorables de 2023 à (re)voir en streaming
Dans la même catégorie