Netflix dépense sans compter pour devenir le plus gros producteur de contenus au monde. Chaque semaine, ce sont plusieurs films et séries qui rejoignent la plateforme. À ce rythme-là, il est impossible de connaître que des succès, bien au contraire. Le leader du streaming comporte son lot de catastrophes industrielles. En voici cinq :

The Silence

Un monde ou le moindre bruit pourrait vous attirer de gros ennuis, ça vous dit quelque chose ? Sorti en 2019, The Silence propose un univers post-apocalyptique très (trop) similaire à celui de Sans un Bruit, paru tout juste un an plus tôt. Malheureusement, le film parvient à tout (re)faire en beaucoup moins bien. L’exemple parfait pour illustrer la paresse Hollywoodienne avec un Stanley Tucci qui vient cachetonner entre deux seconds rôles. Le mieux pour rester silencieux, c’est déjà de ne pas lancer ce film.

The Last Days of American Crime

Avec un score de 0% sur RottenTomatoes, ce film de casse signé Netflix est une véritable purge. Le réalisateur Olivier Megaton (Taken 2 & 3, Le Transporteur) réussi à combler 2h28 avec… du vide. La prémisse d’un futur sans le moindre crime s’avère séduisante mais n’est jamais développée. La faute à une multitudes de séquences inutiles qui viennent ralentir et perturber le semblant de récit. En prime, le jeu d’acteur et la réalisation qui n’égalent même pas le niveau d’un épisode d’Alerte à Malibu. Une honte difficile à oublier.

A lire aussi:
Que souffle la romance : le film de Noël très gay de Netflix

Father of The Year

À quoi ressemblerait une plaisanterie d’Adam Sandler sans Adam Sandler ? Netflix répond à cette question brulante avec Father of The Year, une comédie américaine grossière et stupide dans laquelle David Spade incarne un père alcoolique et (pratiquement) sans abris qui doit se battre avec le père d’un autre élève de sa classe. Résultat : une succession de gags gênants et sans intérêts sur fond de relation père-fils conflictuelle. Je n’aurai jamais cru qu’Adam Sandler allait me manquer à ce point.

Fullmetal Alchemist

Adapter un Anime en ‘live action’ n’est pas une mince affaire. En 2018, Netflix nous a proposé sa propre version de Fullmetal Alchemist, l’œuvre steampunk de Hiromu Arakawa. Problème : le service de streaming n’a pas mis un tiers des moyens requis pour donner vie à ce récit ambitieux. Les effets spéciaux sont désopilants et l’histoire consiste à enchaîner des moments « forts » sans suite logique. À éviter à tout prix, surtout si vous êtes un admirateur ou une admiratrice de l’œuvre originale !

A lire aussi:
8, rue de l’Humanité : le confinement vu par Dany Boon

Bright

Will Smith et Joel Edgerton forment un duo de flics dans un Los Angeles fantaisiste dans lequel se côtoient les orcs, les fées et les humains. Ce duo d’acteurs connus et ce concept original ont réussi à faire de ce film un succès pour Netflix (un second volet est en cours de développement). Pourtant, Bright est un brouillon peu convaincant qui ne parvient jamais à pleinement exploiter l’univers pourtant étendu qu’il propose. Une sorte de Bad Boys chez les orcs et puis c’est tout. Une déception.

Dans la même catégorie