La saga MASSACRE À LA TRONÇONNEUSE a toujours été compliquée. Le premier film, réalisé par Tobe Hooper, est un chef-d’œuvre, une œuvre qui a définitivement marqué le cinéma de son empreinte. C’était un film neuf, ingénieux, en avance sur son temps (le propos sur le végétarisme par exemple), bref, un monstre. Ses suites, ce n’est déjà plus ça et toutes celles de ses dernières années le démontrent (le TEXAS CHAINSAW MASSACRE 3D avec Alexandra Daddario ou encore le plus récent LEATHERFACE de Maury et Boustillo). Quand est-il de cette xème suite ? Verdict.

Le pitch

Melody, sa sœur adolescente Lila et leurs amis Dante et Ruth se rendent dans la petite ville de Harlow, au Texas, pour lancer une nouvelle entreprise. Mais leur rêve se transforme bientôt en cauchemar éveillé lorsqu’ils pénètrent sans le vouloir dans le monde de Leatherface, le dangereux tueur en série dont l’héritage sanglant continue de hanter les habitants de la région. Parmi eux, Sally Hardesty, unique survivante du tristement célèbre massacre de 1973, et bien décidée à se venger.

A lire aussi:
"La Vita che Volevi" : un voyage italien vers le bonheur à voir sur Netflix

Comme beaucoup de vieilles franchises, ce MASSACRE À LA TRONÇONNEUSE surfe sur la nostalgie en faisant revenir l’héroïne du premier film, à savoir Sally Hardesty (qui n’est plus incarné par Marilyn Burns, cette dernière étant décédée en 2014). Est-ce utile ? Ça pourrait l’être si ça racontait quelque chose d’intéressant, ce qui n’est pas le cas, le film jouant la carte de la facilité.

Sang, sang où es-tu ?

MASSACRE À LA TRONÇONNEUSE joue évidemment la carte du gore … mais pas trop, malheureusement. C’est bien dommage car, à partir du moment où le film n’a rien à raconter sur le lieu dans lequel il se déroule, sur ses personnages ou encore avoir un quelconque discours politique ou sociétal, il faut qu’idéalement on prenne du plaisir au niveau des morts des différents personnages. De ce côté-là, c’est une nouvelle déception. A part l’une ou l’autre idée pas mauvaise, il n y’a rien à retenir.

A lire aussi:
«Bodkin» dénoue le vraie du faux dans un suspense mystérieux teinté d’humour noir

Pour son premier long-métrage, David Blue Garcia s’est foiré. Pouvait-il en être autrement ? Sans doute pas. La saga représentant tellement de choses, il fallait avoir les épaules solides et un bon projet pour se lancer dedans. Le résultat est plus que navrant.

MASSACRE À LA TRONÇONNEUSE est disponible sur Netflix dès ce 18 février.

Dans la même catégorie