Le nom d’Amy Poehler ne vous est sans doute pas inconnu. Et pour cause, c’est l’une des personnalités du Saturday Night Live, monument de la télévision américaine et elle avait l’un des rôles principaux de la série PARKS AND RECREATION. En 2019, la comédienne faisait ses débuts en tant que réalisatrice avec WINE COUNTRY, sorti directement sur Netflix. Voici qu’elle remet ça avec MOXIE qui sort en ce début mars, toujours sur la même plateforme.

Le pitch

Inspirée par le passé rebelle de sa mère et une nouvelle amie, une ado timide de 16 ans publie une revue anonyme dénonçant le sexisme dans son établissement scolaire.

MOXIE est adapté d’un livre publié en 2017, en même temps que le début de la large mouvance féministe mondiale. C’est donc un film qui est le reflet de son époque, bien que le féminisme ne soit évidemment pas quelque chose de neuf, il connait une émancipation énorme.

A lire aussi:
Netflix annonce une bonne nouvelle pour les fans de la série "Le problème à trois corps"

Verdict

Moxie parlera à toute une génération de jeunes filles, las des inégalités mises en place depuis presque toujours. Il illustre parfaitement les situations parfois ubuesques voire irrationnelles vécues et/ou imposées aux filles dans le cadre scolaire. Cela va rassurer, voire permettre à certaines de se sentir écoutées et, bien que certains de ces problèmes soient connus et déjà traités dans de nombreux établissement depuis longtemps, cela pourrait faire bouger quelques lignes.

Et les garçons dans tout ça ?

Et bien, les garçons, peut-être que le film va leur faire ouvrir les yeux quant à certains comportements normalisés à un certain âge alors que ça ne devrait pas être le cas. Puis le film pourrait leur parler aussi à un autre niveau car, certaines des problématiques vécues par les jeunes filles du film sont des problématiques communes, que de jeunes garçons peuvent vivre également. Bref, MOXIE c’est de l’éducation et information sous forme d’amusement car on rit, on est touché et on prend du plaisir à voir cette rébellion.

A lire aussi:
"Becoming Karl Lagerfeld" : Un portrait (trop?) flatteur d'un designer controversé
Dans la même catégorie