Travailler pour Marvel, c’est devoir respecter un certain cadre qui laisse peu de place à la liberté mais c’est aussi la possibilité de travailler sur des projets avec des budgets plus conséquents et avec lesquels on peut se faire plaisir. Pour Adil El Arbi et Bilall Fallah, nos deux réalisateurs belges à qui l’ont doit BAD BOYS FOR LIFE, BLACK et prochainement REBEL (on vous en parlait dernièrement sur Cinenews suite à son passage en grandes pompes à Cannes), c’est le genre de projet parfait. Du populaire, du grande ampleur, du pop et, pour ne rien gâcher, c’est le projet Marvel le plus proche d’eux et c’était donc évident de réaliser quelques épisodes de cette nouvelle série.

Le pitch

MS MARVEL raconte l’histoire de Kamala Khan, première super-héroïne de confession musulmane. Kamala est une fan de Captain qui vit à Jersey City. Grande amatrice de jeux vidéo et insatiable rédactrice de fan-fiction, elle adore les super-héros, qui enflamment son imagination (surtout Captain Marvel). Mais elle peine à trouver sa place à la maison comme au lycée, jusqu’à ce qu’elle se découvre des superpouvoirs, semblables à ceux de ses héros. Elle se dit alors, peut-être de manière un peu prématurée, que tout va s’arranger…

Forcément que cette série allait parler au duo flamand. Le comic dont elle est tirée était le premier pas vers plus d’inclusivité chez Marvel et était surtout une jolie réussite. MS MARVEL est un coming of age somme toute assez classique vu sous le prisme d’une jeune ado américaine d’origine pakistanaise (et musulmane) et rien que ça change de d’habitude. Les relations amicales, amoureuses, l’identité, l’émancipation, le respect des traditions, des parents et  la religion sont parties prenantes de la série.

Ms Fantastique ?

Côté super-héros, cette version de Ms Marvel diffère quelque peu de celle du comic. Ses pouvoirs ne sont pas tout à fait les mêmes et tant mieux. Dans le comic, elle est presque une copie confirme de Monsieur Fantastique alors qu’ici, sa personnalité super-héroïque est un peu plus intéressante et complexe. Cette série permet à Adil et Bilall ainsi que leur chef opérateur Robrecht Heyvaert d’utiliser plein de couleurs dont ils sont généralement friands, ce qui plasse clairement MS MARVEL du côté des séries pop pour adolescents et jeunes adultes. La série révèle la jeune Iman Vellani, parfaite dans le rôle titre qu’on a hâte de voir dans la suite.

Ces deux premiers épisodes donnent le ton et malgré le classicisme, le potentiel est là pour avoir une première saison – avant de retrouver le personnage dans le film THE MARVELS attendu pour 2023 – d’excellent acabit.

MS MARVEL sort sur Disney+ dès ce 8 juin.

Dans la même catégorie