Hirokazu Kore-eda le réalisateur japonais auréolé d’une palme d’or à Cannes en 2018 pour son film « Affaires de famille » s’essaye pour le première à la série sur Netflix. « The Makanai : Cooking for the Maiko House » s’inspire de « Kiyo in Kyoto: From the Maiko House », une bande dessinée japonaise à succès d’Aiko Koyama.

L’histoire :

Après avoir terminé le collège, Kiyo, 16 ans, quitte Aomori pour se rendre à Kyoto avec son amie Sumire dans l’espoir de devenir maiko (apprentie geisha). Mais son rêve se brise lorsqu’elle n’est pas acceptée. Effondrée, et alors qu’elle s’apprête à rentrer à Aomori, Kiyo se fait remarquer pour ses talents culinaires et est engagée comme makanai, cuisinière dans une maison où vivent des maikos. De son côté, Sumire se transforme rapidement en magnifique apprentie geisha et devient célèbre dans les rues du traditionnel quartier de Gion. Commencent alors les fabuleuses et délicieuses aventures d’une makanai et d’une maiko.

Le souci du détail

Bien qu’il s’agisse d’une fiction, Hirokazu Kore-eda nous livre une oeuvre rigoureuse. Il procure au public une véritable plongée au coeur du monde encore si secret des geishas. Il met à mal les préjugés séculaires selon lesquels elles seraient des filles de joie. Les geishas sont plutôt des ambassadrices qui représentent toutes les traditions du Japon. L’accession à ce titre honorifique demande travail et résilience. Réaliste, douce et raffinée mais très contemporaine, « The Makanai : Cooking for the Maiko House » nous propose de rentrer dans les coulisses de la maison des geishas. On y retrouve le soucis du détail si cher à Hirokazu Kore-eda, chaque épisode est un voyage. Ce petit bijou mettra vos papilles en ébullition tout en vous donnant les clés d’un milieu jusqu’alors inaccessible.

« The Makanai : Cooking for the Maiko House » dès le 12 janvier sur Netflix

Dans la même catégorie