Voici le dernier Netflix Originals de ce mois de janvier : THE DIG. Réalisé par Simon Stone, n’ayant encore que peu de choses à son actif, le film est une comédie romantique. Adaptée du roman de John Preston, elle offre tout ce qu’il y a de plus british, comme on aime. Une période de l’Histoire, un peu de romance, une touche de drame, bref, tous les ingrédients sont réunis.

Le pitch

Une riche veuve engage un archéologue amateur pour exhumer une sépulture dans sa propriété. Ils découvrent alors un ancien navire funéraire saxon et son trésor qui pourrait bouleverser l’histoire de l’humanité. Ensemble, ils doivent se serrer les coudes face au British Museum qui entend bien s’emparer du vaisseau en prétendant l’avoir découvert …

La passion de creuser

La découverte de Basil Brown va devenir l’événement local du moment. Outre la Seconde Guerre Mondiale qui a éclaté plusieurs années auparavant accessoirement. Elle va être convoitée par le musée local mais aussi le British Museum. Il va donc falloir la jouer finement afin de récompenser ceux à qui l’on doit le dur labeur. En plus de cet axe narratif centré sur l’archéologie, THE DIG joue sur le plan romantique avec d’une part, une relation parfaitement platonique entre Basil Brown (Ralph Fiennes)  et sa commanditaire (Carey Mulligan) mais aussi une autre entre le neveu de cette dernière (venu aider pour les fouilles) et une jeune archéologue venue aider l’équipe du British Museum avec son mari. Si certaines intentions sont louables derrière ces romances, on ne peut pas dire que ce soit la partie la plus réussie du film, c’est même parfois d’une lourdeur pénible.

A lire aussi:
La Mission : les nouvelles du monde

La beauté de l’Angleterre

Si la mise en scène de Simon Stone est globalement assez classique voire anecdotique, il fait preuve par moments de fulgurances. Son chef opérateur Mike Eley, fait un fabuleux travail avec beaucoup de lumière naturelle tandis que Simon Stone s’amuse énormément en extérieur, ayant dans ses fulgurances des moments faisant penser à du Terrence Malick. C’est magnifique et la photographie marie idéalement avec le ton du film. Finalement, THE DIG est plutôt une bonne surprise, avec certes de gros défauts mais aussi une beauté plastique surprenante, une histoire plutôt passionnante et un casting soigné.

A voir dès le 29 janvier sur Netflix.

Dans la même catégorie