Netflix met des paillettes sur cette fin d’année

Disponible en Belgique depuis le 11 décembre, The Prom est la comédie musicale “feel good” de cette fin d’année. Cette superproduction Netflix est réalisée par Ryan Murphy (Glee, Nip/Tuck). L’homme aux multiples talents semble apprécier de bosser pour la plateforme au grand N rouge puisqu’il enchaîne les projets avec l’entreprise américaine (The Politician, Hollywood, Ratched).

The Prom est l’adaptation cinématographique d’une comédie musicale lancée en 2018 à Broadway et nominée pour le Tony Award de la meilleure comédie musicale. Une œuvre signée Bob Martin et inspirée d’une histoire réelle. Celle de Constance McMillen, une jeune américaine interdite de bal de promo à cause de son homosexualité.

Un hymne LGBTQ, des paillettes, de la danse et un casting incroyable : voilà les ingrédients de la comédie musicale de Noël.

Un pitch 100% inclusif

L’histoire débute par quatre stars de Broadway sur le déclin (Meryl Streep, James Corden, Nicole Kidman et Andrew Rannells). On vous le disait : casting de fou-fou! Incendiés par la critique de leur dernière comédie musicale, Dee Dee Allen et Barry Glickman, accusés d’avoir un égo surdimensionné, souhaitent redorer leur image en s’impliquant dans une cause populaire. Au même moment, dans le lycée d’une petite ville de l’Indiana, le comité de parents d’élèves annule le bal de promo pour éviter qu’Emma Nolan y participe en compagnie de sa petite amie. Les quatre acteurs décident alors de porter secours à la jeune fille en tentant de faire évoluer les mentalités avec l’aide du proviseur (Keegan-Michael Key).

A lire aussi:
Badland Hunters : un nanar sud-coréen sur fond de dystopie

Un tournage aux multiples rebondissements

Le tournage ayant débuté en décembre 2019, il a été interrompu en mars 2020 à cause de la pandémie Covid. Le tournage n’a pu reprendre qu’en été. La chanteuse Ariana Grande initialement prévue pour le rôle d’Alyssa Greene (la petite amie qui a peur de dévoiler son homosexualité) a finalement décliné l’invitation pour poursuivre sa tournée “Sweetener World Tour”.

Indigestion de bons sentiments ?

Le film est-il un condensé de trop de bons sentiments ? Certainement ! Mais sa sortie pour Noël, seul moment de l’année qui autorise le trop plein de paillettes et de guimauves, n’est certainement pas due au hasard. En effet, avec The Prom, on en prend plein les mirettes à frôler l’indigestion. Néanmoins, on en ressort les yeux pétillants de bienveillance. Là où le film met un coup de pied dans la fourmilière, c’est dans son attaque frontale contre l’homophobie et le traditionalisme de l’Amérique profonde. Des titres comme “Love Thy Neighbor” dans lequel l’une des stars se moque des commandements bibliques sont des petites pépites militantes. 

A lire aussi:
9 films que vos enfants vont adorer sur Netflix

Malgré un casting impressionnant et une réalisation hyper (trop) léchée, le film semble long (2h12 quand même). Néanmoins, mention spéciale pour Jo Ellen Pellman, l’actrice débutante qui a décroché le rôle principal d’Emma. Elle est un véritable vent de fraîcheur face aux autres stars certes charismatiques mais qui ne font pas décoller leur personnage ni leurs chansons. Pour conclure, The Prom est une friandise trop sucrée mais en cette période de fin d’année 2020 on prend et on savoure !

Dans la même catégorie