Netflix bénéficie d’un catalogue on ne peut plus large. Pourtant, il y a encore des manques et, parmi ces manques, on peut citer le cinéma d’animation. Attention, il y a quantité de choses mais au niveau de grands films d’animation porteurs, le bât blesse. Alors quand Netflix a eu l’opportunité de racheter VIVO à Sony pour l’ajouter à son catalogue, ils ne se sont pas fait prier. Et pourtant, est-ce enfin le grand film d’animation qui manquait à la plateforme ? Rien n’est moins sûr.

Le pitch

Un kinkajou mélomane s’embarque pour une aventure palpitante entre La Havane et Miami pour remettre une chanson d’amour à celle que son maître et ami n’a jamais cessé d’aimer et accomplir sa destinée.

VIVO avait tout pour plaire. Un personnage principal attachant (le kinkajou Vivo en l’occurrence), des personnages secondaires tous aussi plaisants les uns que les autres, une mission importante et touchante et la culture latine ce qui confère au film une atmosphère exotique, réconfortante ainsi qu’une chouette bande originale composée par la star des comédies musicales, Lin Manuel Miranda (HAMILTON, D’OÙ L’ON VIENT). D’ailleurs, Miranda donne aussi sa voix à Vivo, il est donc absolument partout.

A lire aussi:
Scenes From a Marriage: HBO réussit le pari risqué avec une magnifique adaptation

La qualité Miranda

Malgré tous les efforts conférés, VIVO ne parvient qu’à de rares moments à vraiment embarquer les spectateurs avec lui, la faute à des péripéties interminables et pas toujours passionnantes. Le duo composé de Vivo et de Gabi, la petite fille avec qui il va devoir réaliser sa mission, fonctionne bien. Il y a une super dynamique entre les deux mais cela ne suffit pas. Alors que le film dure 1h30, on voit que scénaristiquement, ça peine pour atteindre cette durée tant il y a de gros coups de mou.

Dommage que le film peine à convaincre complètement car le potentiel était là. Reste la bande-originale, fruit d’un solide travail de Lin Manuel Miranda, comme d’habitude.

Vivo disponible le 6 août sur Netflix.

Dans la même catégorie