Ce n’est pas tous les jours que l’on voit une série qui met en scène des stripteaseurs, une histoire vraie et Kumail Nanjiani pourtant « Welcome to Chippendales » est tout cela à la fois. Continuant à capitaliser sur la nostalgie des années 80, le réalisateur Robert Siegel à qui l’on doit le sulfureux «Pam & Tommy » revient avec une mini-série  sur l’histoire folle de Somen « Steve » Banerjee, le créateur des Chippendales.

L’histoire :

Les aventures scandaleuses de Somen « Steve » Banerjee, un immigrant indien devenu le fondateur du plus grand empire de strip-tease masculin au monde. Obsédé par la richesse et le pouvoir, il est prêt à éliminer quiconque se trouve sur son chemin, pour assouvir son ambition.

Des danseurs mais pas que…

« Welcome to Chippendales » est un projet de longue date. Robert Siegel a déjà présenté le scénario à Kumail Nanjiani en 2017, persuadé que l’acteur était fait pour le rôle de Banerjee. Les deux hommes ont foncé têtes baissées tant les thèmes abordés leurs plaisaient : le féminisme, le sexisme, le racisme et le rêve américain. Même les aficionados de true crime qui connaissent déjà l’histoire des Chippendales y trouveront leur compte. On ne vous le dévoilera pas car il est au centre de la série mais un véritable fait divers s’enchevêtre autour de l’histoire de l’ascension fulgurante de ces stripteaseurs. Robert Siegel a déclaré dans les pages de Variety : « La série a beaucoup à offrir aux téléspectateurs, même si vous êtes juste là pour voir les danseurs. J’aime les choses qui ont de la profondeur, mais cette profondeur est enfouie bien en dessous de la surface de quelque chose de vraiment amusant. Donc si vous ne faites pas attention, peut-être que vous penserez juste voir quelque chose de purement divertissant, ce qui est très bien. J’aime cacher les légumes sous la purée, vous savez. »

Dépenser sans compter

Kumail Nanjiani est formidable dans le rôle du propriétaire de boîte de nuit qui se délecte de l’ivresse du succès, tout en incarnant l’un des personnages les plus pathétiques jamais vus à la télévision. Le reste du casting élève la série à un niveau supérieur alors qu’elle aurait pu facilement tomber dans le vulgaire vu le sujet traité. Les décors, eux, sont un vrai plus. On a dépensé sans compter pour recréer cette ambiance 80’s avec des costumes soignés et une bande son composée entièrement de tubes (ABBA, Queen, Kiss). Par contre comme c’est souvent le cas dans les séries à gros budget, le soufflé retombe un peu dans les deux derniers épisodes.

Un plaisir coupable

Si vous cherchiez à combler le vide laissé par Dahmer ou The Watcher, « Welcome to Chippendales » devrait faire l’affaire. Bien qu’elle ne soit pas aussi nuancée, la série est amusante, agréable à regarder et, si vous n’êtes pas familier de l’histoire des Chippendales, elle vous ouvrira les yeux. Comparable au show dont elle parle, « Welcome to Chippendales » est un véritable petit plaisir coupable.

« Welcome to Chippendales » dès le 11 janvier sur Disney+

Dans la même catégorie