Le débat n’est pas neuf mais pas clos pour autant. Et les chiffres publiés cette semaine par Santé Publique France annonçant que le nombre de fumeurs a arrêté de baisser l’année passée risquent de le relancer encore.

Evidemment, 2020 a été une année pour le moins étrange et compliquée à vivre. Et pendant laquelle les jeunes ont passé plus de temps encore que d’habitude derrière les écrans de télévision. D’ailleurs la Ligue contre le cancer a publié (toujours cette semaine) une étude accablante sur la surexposition du tabac sur les films français. Elle fustige les puissants lobbies du tabac, ainsi que leurs manœuvres.

Difficile de ne pas penser à Netflix, qui avait d’ailleurs déjà été pointé du doigt en 2019 par l’organisation américaine anti-tabac Truth Initiative.

En effet, certains chiffres sont totalement hallucinants. Une hausse de 44% de cigarettes allumées dans la deuxième saison de Stranger Things (par rapport à la première saison). Cillian Murphy, dans Peaky Blinders, fume près de 1000 cigarettes par saison !

En réaction à cette polémique, Netflix a déclaré s’est engagé à ne plus montrer de cigarettes dans ses programmes destinés à la jeunesse. Par contre, elle bannit cette règle pour les films et séries historiques.

A lire aussi:
Suzume : un conte onirique qui manque de profondeur

Et force est de constater qu’en voyant Halston ou The Serpent, les deux séries à succès du moment sur Netflix, la cigarette est totalement omniprésente. A tel point que c’en est choquant et qu’on doute de la justification factuelle ou historique. Quand on sait que selon l’OMS, les films mettant en scène des cigarettes seraient responsables de 37% des nouveaux jeunes fumeurs aux États-Unis en 2014, on se dit qu’on n’est pas sortis de l’auberge…

Soulignons néanmoins que Disney a banni toute cigarette de ses productions.

Dans la même catégorie