Voici déjà venu le temps de la troisième série Marvel de l’année. Après WANDAVISION et FALCON & LE SOLDAT DE L’HIVER, place à LOKI ! Le Dieu de la Malice fait son retour dans une série dont il est le héros et dans laquelle il va vivre de drôles d’aventures. Jugez plutôt.

Le pitch

Alors que Loki a été tué par Thanos dans Avengers : Infinity War, l’histoire prend place plus tôt, en 2012, dans une réalité alternative créée par le Casse Temporel des Avengers. Ceci donc après que le Loki de 2012 se soit échappé avec le Tesseract. Le dieu de la Malice veut se servir des pouvoirs du Tesseract pour changer le cours de l’histoire humaine. Après son évasion, il est emmené auprès du Tribunal des Variations Anachroniques (ou TVA). Il s’agit d’un organisme qui agit pour empêcher toute personne qui tenterait d’altérer le passé ou le futur.

Est-ce qu’une série sur Loki était essentielle ? Non. Est-ce que Marvel a bien fait d’en faire un une malgré tout ? Oui. On ne va pas se mentir, ce projet était guère attrayant. Pourtant, en deux épisodes, tous les doutes sont balayés car l’idée est assez géniale et très prenante.

A lire aussi:
Disneyland : comment la magie opère en coulisse

Inspecteur Loki

Passé le pilote qui met les choses en place et expose l’univers, son fonctionnement, les différents personnages, on rentre véritablement dans le bain dans le deuxième épisode. On y voit Loki, faisant équipe avec Mobius, un agent du TAV. Tous deux vont devoir apprendre à se connaître et à se faire confiance, chose impensable avec Loki, afin de régler l’enquête qui les occupe.

Qui dit Loki dit retour de Tom Hiddleston, toujours aussi impeccable dans son rôle. A ses côtés, on retrouve Owen Wilson, qui fait ici sa première incursion dans l’univers Marvel, mais aussi Gugu Mbatha-Raw, hypnotique comme à son habitude.

Ce super casting remplit son rôle à merveille et fait qu’on rentre directement dans la dynamique voulue par Marvel. Il faut également souligner à quel point le mélange des genres fonctionne parfaitement alors que c’était loin d’être gagné. Alors certes, deux épisodes c’est peu pour se faire une idée d’une saison entière mais, si tout le reste est du même acabit, cela promet !

A lire aussi:
Oxygène ou le huis-clos selon Alexandre Aja
Dans la même catégorie