Entre romance et nostalgie, « Sans jamais nous connaître » est bien plus qu’un film dramatique. Porté par Andrew Scott, ce long-métrage rempli de douceur et de nostalgie, est une véritable pépite. A ne pas rater sur Disney +.

A lire aussi:
Un Crime au Bout du Monde: une enquête moderne à la sauce Agatha Christie

De quoi ça parle ?

Adam vit dans une tour londonienne où de nombreux appartements sont inhabités. La solitude d’Adam est chamboulée par sa rencontre avec Harry, son mystérieux voisin. Les deux hommes se rapprochent mais de lointains souvenirs refont surface dans l’esprit d’Adam.

Sorti le 14 février dernier au cinéma, « Sans jamais nous connaître » a été mis en ligne sur Disney + pour le plus grand plaisir des cinéphiles nostalgiques. Un scénario maîtrisé, trompeur et rafraichissant. Cette 2e adaptation du roman « Strangers » de Taichi Yamada en vaut clairement le détour.

Adam, écrivain en panne d’inspiration, fait la rencontre de Harry, son mystérieux voisin. Entre solitude, amour et nostalgie, le long-métrage démarre sur des bases d’un drame romantique. Avant de prendre une toute autre direction. Un puzzle simple et pourtant drôlement ingénieux qui se démarque ainsi. Grâce à une réalisation poétique, une ambiance mystique et délicate. Et une bande-son nostalgiquement agréable.

A lire aussi:
Le partage de compte sur Disney+, c'est bientôt fini!

Un casting consistant

Au casting, trois acteurs crèvent l’écran. Andrew Scott que l’on a pu voir dernièrement dans « Ripley » incarne un Adam désarçonné et solitaire. Paul Mescal dans le rôle de Harry. Et Claire Foy aussi lumineuse qu’intemporelle. Un casting qui donne consistance et émotions à cette jolie surprise qu’est « Sans jamais nous connaître ».

Poétique et surfant sur une certaine nostalgie « Sans jamais nous connaître » est un drame novateur qui ne laisse en aucun cas le spectateur indifférent. A découvrir sur Disney +.

Dans la même catégorie