Les docu-fictions ont le vent en poupe sur Netflix. Ce 27 mars, la plateforme mettait en ligne le documentaire « Testament : L’histoire de Moïse ». Entre reconstitution et interview d’experts, on vous a sélectionné, avec Streamnews, huit docu-fictions qui en valent la peine sur Netflix.

A lire aussi:
"The Gentlemen" la série de Guy Ritchie qui cartonne sur Netflix aura-t-elle une saison 2?

L’essor de l’empire Ottoman

Cette série s’intéresse au règne de Mehmet II, sultan de l’Empire Ottoman. La première saison raconte la guerre menée par ce sultan afin de conquérir Constantinople, alors capitale de l’Empire romain d’Orient.

Roman Empire

Trois saisons pour trois personnages de clés de l’Empire romain. La première sur l’empereur Commode. La seconde sur Jules César, son assassinat et la chute de la République romaine. Enfin, la troisième se centre sur l’ascension et le règle de l’empereur « fou » Caligula.

Les derniers Tsars

Le règne du dernier empereur de Russie Nicolas II. De son couronnement en 1894 jusqu’à son assassinat, avec sa toute sa famille en juillet 1918.

Medal of Honor : Les héros militaires américains

Huit épisodes, huit portraits différents de militaires américains, qui grâce à leur bravoure, ont reçu la « Medal of Honor », plus haute distinction militaire des Etats-Unis.

Le Temps des samouraïs : Les origines sanglantes du Japon

Entre commentaires d’expert et reconstitution, cette série met en exergue les différentes luttes de pouvoir qu’a pu connaître le Japon féodal au XVIe siècle.

Einstein et la bombe

Sorti en février 2024, quelques mois après « Oppenheimer », ce film-documentaire s’intéresse à la vie d’Albert Einstein. En 1933, ce scientifique de génie est contraint de quitter son pays natal, l’Allemagne, parce qu’il est juif.

La reine Cléopâtre

Dans la lignée du docu « Reines Africaines », ce docu se centre sur la vie de Cléopâtre VII, reine la plus célèbre d’Egypte. Tout comme l’autre docu-fiction « Alexander: The Making of a God », cette série n’a pas été forcément épargnée par la critique.

Wormwood

En novembre 1953, Frank Olson, biochimiste américain, perd la vie à Manhattan dans d’étranges circonstances. Cette mini-série se plonge ainsi dans les années 60, entre guerre froide et expérimentations de la CIA.

Dans la même catégorie