Avec une sortie début avril «Mon petit renne » a profité du bouche à oreille pour cartonner sur Netflix. Une série en sept épisodes qui est troublante. Et détonne.

De quoi ça parle ?

Donny Dunn a déménagé à Londres pour devenir humoriste. Mais sa carrière ne décolle pas et travaille dans un pub. La vie de Donny va se transformer en cauchemar quand Martha Scott, une cliente qui dit être avocate passe la porte de son bar. Un peu de gentillesse va se transformer en étouffement social.

Cette mini-série est inspirée d’une histoire vraie. Celle Richard Gadd qui campe ainsi son propre rôle dans ce show composé de sept épisodes. Un show poignant, déroutant et percutant. Une vraie réussite tant sur le fond que sur la forme. Ce n’est pas pour rien que depuis sa sortie « Mon petit renne » s’invite dans le top des séries les plus vues.

« Mon petit renne » traite en long et en large du harcèlement mais pas que. Donny va subir durant les mois les sms, les mails, les venues et l’étouffement de Martha. Ce harcèlement a des conséquences, mais aussi des causes. Un sujet abordé en large sans tomber dans des stéréotypes caractérisés. Outre le harcèlement, il est au question, de traumas, d’emprise ou encore de la maltraitance.

A lire aussi:
Contre vents et marées, Zack Snyder offre une suite extravagante et pleine d’action à Rebel Moon

Un montage rafraîchissant

Que ce soit Richard Gadd (Donny) ou Jessica Gunning (Martha) incarnent à la perfection deux personnages complexes et auxquels on finit par s’attacher. Le montage est aussi rafraîchissant et colle bien au monde numérique actuel.

Malgré quelques longueurs, « Mon petit renne » est une série innovante et dérangeante. Avec son léger humour et son histoire très forte, ce show britannique montre qu’il en vaut clairement la peine d’être regardé. Sur Netflix.

 

Dans la même catégorie