Mis en ligne le 27 septembre dernier sur Netflix, « Le remède à l’oubli » a créé la surprise en s’imposant dans le top 10 quotidien des films les plus regardés. Une véritable surprise venant de Pologne qu’il ne faut pas rater.

De quoi ça parle ?

Rafal Wilczur est un professeur de chirurgie respecté qui, après avoir été abandonné par sa femme, est victime d’une violente agression, lui faisant perdre la mémoire. Plusieurs années plus tard, Rafal est devenu Antoni et enchaîne les petits boulots pour subsister. Il tente désormais de retrouver la mémoire.

Ce long-métrage est une adaptation du roman polonais « Znachor » écrit par Tadeusz Dołęga-Mostowicz. Un film de 2h20 qui en vaut vraiment la chandelle grâce à son émotion et à sa réalisation. Au niveau esthétique, il n’y a pas grand-chose à dire si ce n’est que les paysages bucoliques et les décors sont tout à fait pertinents et crédibles. Loin d’être une production hollywoodienne, ce film polonais est plaisant à l’œil.

Une bande son travaillée

Au niveau de la narration, même si le spectateur en sait beaucoup plus que les personnages, « Le remède à l’oubli » se distingue grâce à une émotion palpable. La force de ce film réside justement dans cette libération constante de sentiments. Grâce à une bande son originale et travaillée, les 140 minutes de film sont entrecoupées de pauses musicales.

A lire aussi:
One Piece : Netflix dévoile les quatre nouveaux agents du "Baroque Works"

Cette émotion et les valeurs humaines développées ne pourraient pas être présentes sans un casting de qualité. Méconnus du grand public, Leszek Lichota (Rafal) et Maria Kowalska (Maria) livrent une belle performance dans cette étonnant surprise automnale.

Emouvant et attachant, « Le remède à l’oubli » est un film découverte qu’on n’attendait pas. A regarder dès à présent sur Netflix.

Dans la même catégorie