La nouvelle série signée Prime Video est aussi mordante qu’originale. Il s’agit d’une sombre comédie-thriller, se moquant des travers du capitalisme et dotée de sous-entendus surnaturels… Un véritable OVNI donc.

Le pitch

Dans les locaux de la société de jeux vidéo CompWare, qui vient d’être endeuillée par la mort tragique de son génial fondateur, débarque un mystérieux consultant nommé Regus Patoff, qui prend le contrôle et se met à se comporter en tyran.

La série débute avec un groupe d’élèves primaires (ou début secondaires) qui visite l’entreprise de jeux vidéo CompWare, avant que l’un d’entre eux, âgé à peine d’une dizaine d’années, ne pointe une arme sur le fondateur/PDG Sang (Brian Yoon) et ne l’abatte froidement. Paf ! La première critique (acerbe, sur législation sur les armes à feu) est donnée.

Avant même que le sang n’ait coulé sur les murs (le service de nettoyage de CompWare ne couvre pas ce genre d’éventualités – capitalisme ! Satire !), un mystérieux étranger, à la coiffure impeccable, en costume, se présente sous le nom de Regus Patoff (Christoph Waltz, faisant son habituel et troublant Christopher Walken/Christoph Waltz), brandissant un contrat le nommant contrôleur de toutes choses, en l’absence de Sang.

Il est tiré à 4 épingles, troublant et mystérieux. Il est également très impitoyable, renvoyant les travailleurs à distance qui ne peuvent pas revenir au bureau dans l’heure (y compris un employé en fauteuil roulant qui manque le délai de quelques secondes), et un autre parce qu’il sent une odeur désagréable. Il a également accès à une multitude d’informations personnelles sur chacun d’entre eux à partir d’une « salle des dossiers » dont personne n’avait jamais soupçonné l’existence.

L’intrigue se corse. Ou du moins, la série d’événements garnis d’indices sur la véritable nature de Regus Patoff, de plus en plus manipulatrice et malveillante – on pourrait presque dire DIABOLIQUE – devient plus longue. La mère de Sang (Gloria John), qui est techniquement maintenant la propriétaire de son entreprise, arrive de Corée mais ne parvient jamais à l’hôtel que Patoff était censé lui réserver. Patoff embrouille de plus en plus Elaine et Craig dans sa toile moralement compromettante, sondant leurs faiblesses, les tentant avec la réalisation de leurs désirs les plus chers, tout en se faisant passer pour une machine plus efficace pour l’entreprise et en accomplissant les ambitions présumées de Sang.

Bref, vous l’aurez compris; une satire géniale, assez malaisante, mais qui garde assez d’humour que pour être visionnée avec sourire, en se demandant jusqu’où la nature humaine peut aller. La tension, comme dans White Lotus, augmente à chaque épisode. A voir donc!

The Consultant est actuellement disponible sur Prime Video.

A lire aussi:
"Une vie" : biopic émouvant d’un héros pourtant méconnu

 

Dans la même catégorie