Le mystère atteint un point captivant, mais un début désorientant mettra votre patience à l’épreuve. Il faut le dire : Constellation en fait beaucoup – et tout ne fonctionne pas. Du moins c’est ce qu’on pourrait croire. Si vous persévérez, vous recevrez une claque, énorme.

L’histoire

La série commence certainement comme une histoire d’espace qui tourne mal. Nous rejoignons l’astronaute suédoise Jo Ericsson (Noomi Rapace) à bord de l’ISS au milieu d’une mission d’un an loin de son mari Magnus (James D’Arcy) et de sa fille Alice (interprétée par les jumelles Davina et Rosie Coleman). Lorsqu’une collision soudaine provoque le chaos, Jo doit réparer le module endommagé pour retourner sur Terre avant de manquer d’air.

Lorsque Jo revient enfin sur Terre, elle est au-delà du soulagement de retrouver sa jeune fille, Alice (interprétée par les jumelles Rosie et Davina Coleman), et son mari, Magnus (James D’Arcy), mais presque immédiatement, elle commence à vivre les mêmes choses étranges qui lui arrivaient lorsqu’elle était seule dans l’espace : Elle voit et entend des choses qui n’existent pas – ou ne devraient pas exister – des gens apparaissent et disparaissent devant ses yeux, et elle oublie des choses qu’elle devrait définitivement se rappeler.

Sa voiture, autrefois rouge, est maintenant bleue ; sa fille ne parle plus sa langue maternelle suédoise ; et son mariage autrefois heureux semble désormais tendu et distant. Pendant ce temps, son récit de la collision (impliquant le cadavre desséché d’un cosmonaute russe depuis longtemps décédé) est rejeté d’un revers de main dans une démonstration exaspérante de manipulation institutionnelle.

Une mise en scène aussi mystérieuse que l’espace

Tout cela se déroule au milieu d’une série de moments fragmentés qui semblent ne se conformer que vaguement à la notion de temps linéaire. C’est un mode de narration désorientant et elliptique qui mélange des flashbacks (et des flashforwards, et des flashs latéraux) avec des hallucinations apparentes – sans se soucier de faire la distinction entre les deux. L’atmosphère chargée de crainte fait en sorte que l’on s’ennuie rarement, mais également constamment à la recherche de fils narratifs qui restent énervamment hors de portée. Jusqu’à ce que tout s’emboîte parfaitement.

Les premiers épisodes pourraient donner l’impression d’une histoire à la dérive, mais le scénariste Peter Harness (McMafia) sait exactement ce qu’il fait ici. Le moment d’eurêka, lorsqu’il arrive, est une révélation éblouissante qui envoie des ondulations en cascade jusqu’à la toute première scène de l’émission, rendant instantanément compréhensible ce qui s’est passé auparavant. C’est une démarche risquée mais qui porte ses fruits, entraînant une ruée vertigineuse qui vaut absolument la peine d’attendre. Il suffit juste de quelques épisodes pour y arriver.

Une prestation magistrale

Rapace nous tient en haleine tout au long, sa performance étant un mélange de confusion frénétique et de panique à peine contenue. Mais ce sont les sœurs Coleman qui brillent vraiment, prêtant à Alice une aura déchirante de chagrin profondément ancré et une sagesse bien au-delà de ses années. Au milieu de tous les enchevêtrements quantiques et des réalités fracturées, le cœur de Constellation est la relation entre ces deux personnages. Un lien mère-fille qui transcende le temps, la réalité et les espaces intermédiaires.

En conclusion: Initialement déconcertant, parfois exaspérant, mais finalement brillant. Ce thriller de science-fiction réfléchi et stimulant pour l’esprit vaut absolument la peine de persévérer.

A lire aussi:
The New Look: la série sur Christian Dior d'Apple TV+ ne s'intéresse pas à la mode

 

Dans la même catégorie