Lorsque la super-productrice Shonda Rhimes et sa société Shondaland ont quitté ABC, le réseau de diffusion qui accueille toujours son premier drame médical à succès historique Grey’s Anatomy, pour Netflix en 2017, la nouvelle avait eu l’effet d’une bombe. Shondaland, libérée des contraintes créatives et budgétaires de la télédiffusion, serait en mesure de réaliser des émissions financièrement extravagantes mais qui ressembleraient toujours aux émissions amusantes et mousseuses que les gens aimaient sur ABC, comme Scandal et How to Get Away with Murder. 

Mais le problème avec le battage médiatique et le potentiel, c’est qu’ils déçoivent souvent. L’histoire d’Hollywood est jonchée de vestiges poussiéreux d’émissions et de films qui étaient formidables en théorie mais qui n’ont pas fonctionné dans la pratique. Mais jusqu’à présent, l’accord de Shondaland avec Netflix a permis de réaliser exactement le potentiel promis. La première série issue de ce partenariat a été Bridgerton, un somptueux drame costumé parsemé de scènes de sexe palpitantes, qui est rapidement devenu la série en langue anglaise la plus populaire de Netflix. Et maintenant, il y a la série Inventing Anna, créée par Rhimes, qui reprend le format des mini séries prestigieuses basées sur un crime authentique et le transforme en une dramédie rapide qui est plus amusante à regarder que n’importe quelle autre série récente de ce type.

Qu’est-ce que ça raconte?

Inventing Anna met en scène l’histoire d’Anna Delvey (voir ici notre article de présentation), également connue sous le nom d’Anna Sorokin, une malfaiteur de classe moyenne d’origine russe qui a escroqué la jet-set du monde de l’art et de l’élite financière de New York en leur faisant croire qu’elle était une héritière allemande très fortunée, ayant au moins des dizaines de millions de dollars à son actif. La série est basée sur un véritable article (devenu viral) de Jessica Pressler paru dans le New York Magazine en 2018, qui suit l’ascension et la chute délétères de Delvey, alors que ses ambitions d’être une femme d’affaires puissante et socialement connectée entrent en conflit avec tous ceux qui l’entourent lorsqu’ils réalisent que non seulement elle n’est pas celle qu’elle prétend être, mais qu’elle les escroque en fait pour soutenir son mode de vie fait de vêtements de marque et d’hôtels cinq étoiles, alors qu’elle essaie d’obtenir des fonds pour son idée d’entreprise, un club privé de type Soho House. Elle a commencé à la Fashion Week et a fini à Rikers Island.

Une sorte d’héroïne populaire, #girlbandit

La série suit la journaliste d’investigation Vivian Kent (Anna Chlumsky) alors qu’elle travaille sur l’ article qui tente de répondre à la question « Qui est Anna Delvey ? ». C’est une question simple avec une réponse compliquée, alors que Vivian interroge Anna (Julia Garner) en prison, retrouve les personnes qu’Anna a escroquées et épluche des pages et des pages de documents qui lui sont fournis par Josh, l’avocat d’Anna (Arian Moayed).

Vivian essaie de comprendre comment cette jeune femme ordinaire a pu escroquer autant de personnes apparemment avisées et sophistiquées, et la réponse, apprend-elle, est l’argent. Elle semblait en avoir beaucoup, si bien que les gens ne posaient pas de questions avant qu’il ne soit trop tard.

Une prestation impeccable

Ceux qui connaissent déjà Julia Garner dans le rôle de la jeune criminelle débrouillarde Ruth Langmore dans la série Ozark seront étonnés de l’étendue de son talent en regardant Inventing Anna. Ici, elle est vêtue de vêtements haut de gamme et parle avec l’accent le plus incroyable que vous ayez jamais entendu. La vraie Anna Delvey – que Garner a rencontrée en prison en préparant le rôle – parle vraiment comme ça, même si Garner l’exagère un peu. Garner s’investit totalement dans le rôle, mais s’amuse aussi beaucoup à jouer Anna avec une verve grandiose.

Verdict

La série avance à un rythme rapide. Les épisodes durent une heure, mais ils donnent l’impression d’être plus longs, non pas parce qu’ils traînent en longueur, mais parce qu’il s’y passe beaucoup de choses, ce qui surprendra les téléspectateurs habitués à s’attendre à des drames au rythme lent de la part de Netflix. Habituellement, ce type de série consacre tout le premier épisode à la mise en place – dans Pam & Tommy de Hulu, vous ne rencontrez même pas Pamela Anderson avant le deuxième épisode, pour donner un exemple récent – mais Inventing Anna démarre sur les chapeaux de roue.

Inventing Anna n’est pas un film de neuf heures, c’est une série télévisée de neuf épisodes où chaque épisode se suffit à lui-même mais fait aussi partie d’un tout (chaque épisode suit la relation d’une personne différente avec Anna, encadrée par des entretiens avec Vivian). La série commence par un premier épisode de style pilote qui vous accroche, et les épisodes se terminent sur des moments qui vous incitent à revenir pour découvrir la suite. Les dialogues sont soignés et clairement énoncés. L’éclairage et les couleurs sont vifs. On a l’impression qu’il s’agit d’une émission d’investigation que l’on regarde pour s’amuser, et non d’une série dramatique du câble que l’on regarde parce qu’elle est importante. C’est plus Law & Order que The Night Of. La grossièreté inébranlable d’Anna donne lieu à des répliques en or, qui vous feront sourire et parfois rire aux éclats.

Une réussite à tout niveau

Inventing Anna est exactement ce que l’on attend d’une mini série sur Netflix et concoctée par Shonda Rhimes. Rhimes utilise les vastes ressources de Netflix pour des voyages internationaux, une garde-robe qui rendrait Emily in Paris jalouse, et un casting de soutien rempli de sonneries comme Anders Holm dans le rôle du mari de Vivian, Anthony Edwards dans le rôle d’un avocat qui tombe dans la tromperie d’Anna, et Laverne Cox dans le rôle d’un entraîneur personnel qui accompagne Anna dans un voyage malheureux au Maroc.

Bref, Shonda fait ce qu’elle faisait sur ABC de manière plus sophistiquée, mais pas au point de ne plus être amusante.

 

Notre cote : 8/10

A lire aussi:
3 Films Inspirants Basés sur des Histoires Vraies et Méconnues
Dans la même catégorie