La quatrième et dernière saison de « Sex Education, » qui sort sur Netflix aujourd’hui (ce jeudi 21 septembre 2023), offre une ultime leçon d’acceptation de soi. Depuis 2019, cette série est devenue un phénomène intergénérationnel, brisant les tabous autour de la sexualité et éclairant sur des sujets sensibles de manière ludique. Avec ces huit nouveaux épisodes, elle nous promet une fin inoubliable.

C’est la fin d’un des plus grands succès de Netflix. Après quatre saisons, « Sex Education » tire sa révérence avec huit derniers épisodes hauts en couleur. Cette saison introduit de nouveaux personnages, tous aussi uniques les uns que les autres, tout en nous permettant de dire au revoir à ceux qui ont marqué la série au fil des ans.

Dans cette nouvelle saison, Otis (Asa Butterfield), Eric (Ncuti Gatwa), Jackson (Kedar Williams-Stirling), Aimee (Aimee Lou Wood), Ruby (Mimi Keene) et les anciens élèves du lycée de Moordale intègrent un nouvel établissement scolaire, où tout est différent. Ils sont surpris de découvrir que les élèves y sont traités avec respect, libres d’exprimer leur véritable moi, et que la critique et les commérages sont interdits.

Ce nouvel environnement encourage l’exploration pour ces adolescents, qui font face à divers défis personnels. Otis, par exemple, doit jongler entre sa relation à distance avec Maeve (Emma Mackey), partie étudier aux États-Unis, sa nouvelle responsabilité de grand frère, et sa confrontation avec O, une sexologue à succès déjà présente dans le nouveau lycée.

Mais Otis n’est pas le seul à affronter des difficultés. Eric doit concilier son identité homosexuelle avec la crainte du rejet de sa communauté religieuse. Cal (Dua Saleh), en pleine transition, fait face aux effets secondaires de ses prises de testostérone. Jean (Gillian Anderson), la mère d’Otis, tente de maintenir sa stabilité mentale malgré les défis qui se présentent.

Cependant, ce ne sont que quelques-unes des thématiques explorées dans cette saison : transidentité, handicap, deuil, dépression post-partum, maladies sexuellement transmissibles, ménopause, abus émotionnel et sexuel… Tous ces sujets sont traités avec sensibilité et intelligence. Et, comme depuis 2019, la série livre un message crucial : l’acceptation de ses différences est la clé de l’acceptation de soi.

Si la saison démarre lentement avec de nouveaux personnages (Abbi, Aisha, Thomas, Roman et Joanna), elle prend un tournant significatif dans sa deuxième moitié. On y retrouve les éléments qui ont fait le charme de la série : l’amour, l’humour léger, les désillusions fortuites et une grande dose d’émotions.

A voir dès aujourd’hui sur Netflix.

A lire aussi:
Netflix annonce une bonne nouvelle pour les fans de la série "Le problème à trois corps"

Dans la même catégorie