« Manhunt » avait  tout pour devenir une adaptation télévisée ou cinématographique, avant même la publication du best-seller de l’historien James L. Swanson. Sur la seule base du pitch, le tout Hollywood s’est battu pour obtenir les droits sur l’histoire de la traque de John Wilkes Booth l’assassin du président Abraham Lincoln. Celui-là même qui s’est enfui avec la jambe cassée, laissant derrière lui le chaos dans le théâtre Ford.

A lire aussi:
Shōgun : Cette série historique est un spectacle complexe et époustouflant

En 2002, cinq ans avant la publication du livre de Swanson, Walden Media avaient annoncé qu’ils  réaliseraient l’adaptation sur grand écran avec Harrison Ford en tête d’affiche. L’enthousiasme du public n’a fait que grimper en flèche en 2007, lorsque « Manhunt : The 12-Day Chase for Lincoln’s Killer » (La chasse à l’homme : la traque du tueur de Lincoln en 12 jours) de James L. Swanson est enfin sorti en librairie. Des années ont passé. Puis des décennies. « Manhunt » aurait pu être relégué aux oubliettes des projets prometteurs qui n’ont jamais pu être adaptés par Hollywood mais c’était sans compter sur la productrice et showrunner Monica Beletsky ! Elle a soumis l’idée d’une série  à AppleTV+ et la plateforme l’a suivie.

Ce qui vous attend

« Manhunt » est l’adaptation du best-seller historique de James L. Swanson, prix Edgar-Allan-Poe 2007. La série retrace l’un des épisodes les plus célèbres et les plus incompris de l’Histoire. À la fois fiction historique et thriller conspirationniste, elle se penche sur les conséquences du premier assassinat présidentiel américain et sur la lutte pour préserver et protéger les idéaux de Lincoln. Elle met également en scène la traque sans relâche d’Edwin Stanton pour retrouver John Wilkes Booth l’assassin d’Abraham Lincoln, tandis que se joue le destin du pays.

Un équilibre vacillant

Dans « Manhunt », Monica Beletsky met l’accent sur la situation précaire et volatile du pays au moment de l’assassinat de Lincoln. La Confédération avait commencé à se rendre à l’Union, mettant ainsi fin à la guerre civile, mais l’hostilité restait vive. La Proclamation d’émancipation libérant des millions d’esclaves avait été approuvée par le Congrès et envoyée aux États pour être ratifiée sous la forme du 13e amendement, mais ce processus ne serait pas achevé avant plusieurs mois. L’Amérique revenait à l’équilibre, mais elle vacillait encore.
Selon la réalisatrice, cette histoire de tentative de destitution violente d’un président et d’attaque des membres de son cabinet résonne encore à l’heure actuelle tant nous vivons dans une époque de division et de méfiance.

A lire aussi:
Remake du « Salaire de la Peur » : 70 ans après,Julien Leclerq réinvente le classique d’Henri-George Clouzot

Une véritable odyssée

Bien que la mort de Lincoln soit le point de départ de la série, le 16e président des États-Unis tient toujours une place dans chaque épisode, la plupart du temps sous forme de flash-back, afin de souligner les enjeux, les motivations des poursuivants et la profondeur de la perte. « Manhunt » se raconte comme une odyssée dans laquelle John Wilkes Booth et ses poursuivants rencontrent de nombreux personnages tout au long de leur parcours à travers la péninsule du Maryland et en Virginie.

A la fois thriller politique et historique, « Manhunt » a de quoi passionner les férus d’histoire tant son approche est authentique et réaliste.

« Manhunt » dès le 15 mars sur Apple TV+.

Dans la même catégorie