Le best-seller de 1975 de James Clavell, Shōgun, est le genre de livre qui invite les lecteurs à se perdre dans ses pages. Il commence assez simplement, avec un naufrage qui amène un navire hollandais, y compris son pilote anglais John Blackthorne, sur les rivages inconnus du Japon en l’an 1600. Sa première partie se déroule à travers les yeux de Blackthorne alors qu’il se familiarise, parfois à travers des expériences difficiles, avec les coutumes de ses hôtes.

La nouvelle adaptation en mini-série de FX du roman – précédemment portée à la télévision via une mini-série de 1980 très populaire avec Richard Chamberlain et Toshiro Mifune – suit le même cours. Le focus commence étroitement, suivant l’équipage malade et affamé de l’Erasmus alors qu’il échoue sur les rivages du Japon, puis restant proche de Blackthorne (Cosmo Jarvis, que l’on avait adoré dans Persuasion) alors que lui et le reste de son équipage sont faits prisonniers par les premiers Japonais qu’ils rencontrent. Mais il ne faut pas longtemps pour que le champ d’action s’élargisse, et au fur et à mesure que la série avance, Blackthorne devient juste un des principaux personnages parmi tant d’autres dans une histoire complexe où la lutte pour le pouvoir et les intrigues personnelles s’entremêlent et où presque chaque personnage est déchiré par des loyautés conflictuelles.

Une adaptation réussie

Clavell s’est inspiré de l’histoire japonaise, en particulier des vies du navigateur anglais William Adams et de Tokugawa Ieyasu, le premier shōgun d’une ère qui a duré jusqu’à la Restauration de Meiji en 1868. Tenter même de tracer les grandes lignes de l’intrigue de Shōgun serait imprudent, bien que la mini-série, co-créée par le couple Rachel Kondo et Justin Marks, rende cela assez facile à suivre. La série s’investit à tisser une histoire captivante mais aussi à dépeindre les complexités du moment historique de Shōgun. Au-delà des daimyos rivaux, d’autres acteurs incluent les catholiques portugais et les hostilités religieuses, financières et politiques entremêlées qui en font un ennemi du protestant Blackthorne. L’adaptation de Kondo et Marks fonctionne remarquablement bien en tant que spectacle également, la Colombie-Britannique se substituant efficacement au Japon. Les décors sont élaborés, la conception de production regorge de détails d’époque (les épisodes ultérieurs dépeignent Tokyo au début de sa transformation en mégalopole, avec des bâtiments imposants encore en construction et des marécages étendus destinés à devenir des rues animées), et les scènes d’action sont époustouflantes et distinctives, allant des assauts sur le champ de bataille à une attaque nocturne au milieu d’une sombre forêt.

Une réussite à tous niveaux

Cependant, c’est le drame humain qui fait fonctionner la série. Les trois principaux protagonistes de Shōgun sont bien assortis. Jarvis apporte confiance et une rudesse bourrue à la Richard Burton à Blackthorne, une attitude souvent humiliée par les coutumes et les codes du Japon féodal. Sawai livre un travail subtil en tant que traductrice parfois, protectrice parfois alors qu’elle fait de son mieux pour dissimuler ses sentiments pour lui tout en luttant avec un mariage troublé et un passé hanté. Sanada est imposant, jouant un personnage avec des intrigues dans des intrigues qui est doué pour cacher ses vrais sentiments mais les laisse le submerger dans des moments non gardés.

En conclusion, il se passe beaucoup de choses dans Shōgun – thématiquement, historiquement et dramatiquement et cette adaptation gère tout cela avec adresse sans jamais abandonner l’élan de son intrigue captivante.

A voir dès le 28 février sur Disney+.

A lire aussi:
Une équipe de rêve : quand Michael Fassbender et Taika Waititi se mettent au foot

Dans la même catégorie