Une série avec un nom comme Le Régime ne peut s’ouvrir que sur un abus flagrant de pouvoir. Le caporal Herbert Zubak (Matthias Schoenaerts) se réveille pour découvrir qu’il est transporté dans un fourgon blindé vers un palais immense quelque part en « Europe Centrale », comme le mentionne la carte de titre au début du premier épisode. Zubak est un soldat qui a été réaffecté de manière ambiguë, on lui a simplement dit qu’il changeait de poste sans plus d’informations. On apprend que Zubak a été amené là à la demande du chancelier pour gérer un problème important. Mais tout son entourage soupçonne bien la ruse et le mensonge de son affectation.

Lorsque la série commence, Elena célèbre le Jour de la Victoire, mais il devient rapidement évident que son contrôle en tant que leader lui échappe en raison de son agoraphobie et de ses maux imaginaires. Elena Vernham est une autocrate névrosée, obsédée par son image, et hypocondriaque jouée par une Kate Winslet éblouissante.

Elle s’adresse à son public comme à « mes amours » dans ses discours à la voix sirupeuse et fait régulièrement des visites au cadavre momifié de son père, à qui elle parle comme s’il était vivant, son zézaiement refoulé devenant de plus en plus prononcé plus longtemps elle est avec lui. Plus tard dans la série, elle refuse même d’admettre qu’elle est en pleine ménopause, augmentant la climatisation du palais à des températures glaciales et recevant un chœur d’approbation lorsqu’elle demande à son personnel pourquoi il fait si chaud.

C’est quand elle est dans cet état fragile que Zubak, solitaire et monosyllabique avec un historique de violence et un tempérament à cran, la rencontre. Elle l’apprécie, aime ce que ses origines ouvrières font pour sa réputation, et aime le contrôle qu’elle exerce sur lui. (« Tu es ici parce que tu es personne », lui dit-elle. « Cela signifie que je peux te faire confiance. ») Toute la série est construite autour de leur dynamique de couple étrange ; il semble initialement être une Lady Macbeth impassible, l’avisant de manière déloyale pour ses propres gains, jusqu’à ce qu’il devienne évident qu’il est aussi séparé de la réalité qu’elle. Elena est une idiote phénoménale qui ignore joyeusement les personnes appauvries qu’elle prétend aimer, mais elle ne serait rien sans le personnel qui l’encourage. Plus que cela, elle ne serait rien sans Zubak, son chien de garde qui introduit des médicaments suspects et empêche son mari futile, Nicky (Guillaume Gallienne), de la voir. Deux personnes désespérées d’être aimées finissent toujours par être une combinaison dangereuse.

Si Le Régime est rarement aussi drôle qu’une satire alerte devrait l’être (il n’a pas beaucoup de blagues réelles, et la comédie est souvent accueillie par un soupir de reconnaissance plus qu’un rire réel), c’est le délicieux jeu de cette relation qui vous incite à regarder. (Il convient de noter que Tracy a écrit « Tailgate Party » de Succession, un sommet immédiat de la dernière saison de la série, qui a vu Sarah Snook’s Shiv et Matthew Macfadyen’s Tom avoir une dispute explosive sur le balcon à propos de leur mariage.) Cela compense des éléments comme l’écriture trop astucieuse de la série, qui semble souvent un peu trop intelligente pour son propre bien. Au début de la série, un discours prononcé avec hauteur dans lequel Elena dénonce les États-Unis pour leur bellicisme semble un peu trop évident quand elle, naturellement, le fait plus tard. Parfois, vous devez presque éteindre votre cerveau pour apprécier l’ensemble de la série ; voir une personne aussi ridicule dans une position de pouvoir absolu frappe peut-être un peu trop près de chez soi pour être amusant à regarder.

Mais Le Régime, qui présente également un monde richement dessiné rempli de détails exquis, n’est pas sans ses plaisirs. Le casting secondaire est composé de performances exceptionnelles de Riseborough, Gallienne, Martha Plimpton, et un Hugh Grant très bienvenu dans un rôle d’invité que je ne vais pas spoiler ici, mais la série, naturellement, appartient à Winslet et Schoenaerts. Elena, avec ses cheveux méticuleusement coiffés, ses tenues moulantes, et ce zézaiement caricatural, est un personnage difficile à ancrer, mais Winslet est époustouflante, la jouant avec un mélange d’insécurité enfantine et d’une upper lip digne de Thatcher. Aux côtés d’un excellent Schoenaerts, qui abandonne tout son charme habituel à l’écran pour le teinté et aux yeux d’acier Zubak, elle prend vie, tout comme la série autour d’eux.

A voir actuellement sur Be tv.

A lire aussi:
Chien de la Casse : portrait d’une jeunesse en quête de sens

 

Dans la même catégorie