Il est dans l’air dans l’air du temps que si un film est grandiose, sa suite doit presque essayer de le surpasser. Pendant longtemps, chaque nouvelle aventure de James Bond était plus somptueuse, plus baroque et plus spectaculaire que la précédente. « Le Parrain II » était plus sombre et encore plus long que Le Parrain, L’Empire contre-attaque a amplifié la génialité de La Guerre des étoiles, et Terminator 2 : Le Jugement dernier a fait passer le premier Terminator pour une babiole minimaliste.
Cela s’appliquera-t-il à Glass Onion: A Knives Out Mystery ?

L’histoire :

« Glass Onion : A Knives Out Mystery » est un thriller assez audacieux pour avoir une chanson des Beatles dans son titre, même si le titre ne fait pas référence aux Beatles (bien que la chanson apparaisse dans le générique de fin). Il décrit plutôt la spectaculaire chambre de verre en forme d’oignon qui se trouve au sommet d’un manoir, situé sur une île au large des côtes grecques. Il appartient à Miles Bron, un milliardaire de la technologie scandaleusement ambitieux, célèbre et stupide. Avec des faux airs d’Elon Musk, il est interprété avec suffisance par Ed Norton. Miles a réuni cinq de ses vieux amis pour une escapade de trois jours dans son paradis privé à l’abri des regards indiscrets de la civilisation. Une fois le film lancé, il se déroule en grande partie dans un salon géant rempli de petites sculptures en verre, de meubles design postmodernes et d’œuvres d’art hors de prix qui s’entrechoquent de manière criarde. (C’est la man-cave  la plus prétentieuse du monde)
C’est parmi ces suspects hauts en couleur que le détective Benoît Blanc devra résoudre une nouvelle énigme.

 

On valide la suite

Est-ce que « Glass Onion » est un meilleur film que le premier « Knives Out » ? Pas nécessairement. Mais le mystère est plus grand, plus spectaculaire et encore plus élaboré. Craig trouve à nouveau le moyen de nous surprendre au travers de son jeu ironique. Le panel de suspects nous inspire autant de dégoût que de sympathie.
« Glass Onion » est la première des deux suites de « Knives Out ». Elle est tout à fait à la hauteur, mais pour la prochaine on aimerait que les couteaux soient plus affutés.

« Glass Onion : Une histoire à couteaux tirés » dès le 23 décembre sur Netflix.

 

 

Dans la même catégorie