Basée sur le roman de Juliet McDaniel, « Mr. & Mrs. American Pie », et adaptée pour la télévision par Abe Sylvia, la nouvelle comédie des années 1960, « Palm Royale », d’Apple TV+, suit Maxine Simmons (interprétée de manière impeccable par Kristen Wiig), une nouvelle habitante de Palm Beach déterminée à se forger une vie éclatante et glamour, même si cela signifie enfreindre certaines règles. Sauvagement excentrique et amusant, « Palm Royale » suggère que vous pourriez obtenir plus que ce que vous avez demandé si vous êtes assez délirant pour poursuivre vos désirs. Et rappelle indéniablement Desperate Housewives.

Le récit s’ouvre sur les premiers jours estivaux de 1969 au club de campagne le plus exclusif de Palm Beach, le Palm Royale. Bien qu’elle n’ait ni invitation ni les fonds nécessaires pour couvrir les frais d’adhésion de 30 000 $, Maxine ne se laisse pas décourager pour autant de repérer l’établissement qu’elle admire depuis longtemps. Vêtue comme un sorbet à l’orange et armée d’une disposition ensoleillée et d’une ténacité épuisante, Maxine se catapulte par-dessus le mur du club. Après avoir trouvé une place au bord de la piscine pour siroter son cocktail de sauterelle et observer son environnement, Maxine apprend rapidement que personne au club ne lui tendra un bras accueillant.

Comme toute structure sociale, le Palm Royale a sa hiérarchie. À sa tête se trouve Norma Delacore (Carol Burnett), la belle-tante comateuse et éloignée de Maxine, qui règne sur Palm Beach depuis 49 ans. Luttant pour la couronne de Norma se trouve Evelyn Rollins (une Allison Janney déchaînée et palpitante), qui n’attend que la mort de son mari extrêmement riche, Skeet (Bruce Dern). Il y a aussi la riche mondaine Dinah Donahue (Leslie Bibb), prête à utiliser toutes les opportunités pour se débarrasser d’Evelyn. Bien que ces dames ne soient certainement pas amies, elles se regroupent rapidement pour dire à Maxine à quel point elle est indésirable dans leur ville.

Cette satire imprégnée de pastel regorge d’événements caritatifs absurdes, de fêtes aux pilules et de placards débordant de squelettes qui sont parfois rendus publics dans le journal à potins de la ville, « The Shiny Sheet ». Des prêts sur gage et des chèques sans provision à un cycle presque continu de discours du président Nixon discutant de la guerre du Vietnam sur des télévisions en arrière-plan, « Palm Royale » est un amusement ridicule. Bien que largement sous-estimée, Maxine avance résolument, déterminée à trouver le rolodex convoité de Norma, qui est la clé des invitations au Bal de la plage et devenir la femme qu’elle a toujours aspiré à être.

Coveter la vie des autres peut être intoxicant. C’est pourquoi les médias sociaux sont si addictifs, et les influenceurs peuvent empocher beaucoup d’argent. Et pourtant, comme de nombreuses personnes raisonnables le reconnaissent, ce qui est considéré comme exclusif et désirable est souvent juste de belles illusions ; les haillons et les larmes sont soigneusement dissimulés aux yeux du public. Pourtant, à la fin de la série, Maxine est quelqu’un que les téléspectateurs ont envie de soutenir. La voir poursuivre ses rêves centrés sur le matérialisme est une expérience délicieusement joyeuse. Après tout, il y a quelque chose de palpitant chez une femme qui décide de ce qu’elle mérite et qui a le cran de l’obtenir.

Les trois premiers épisodes de « Palm Royale » sont diffusés en première le 20 mars sur Apple TV+ avec de nouveaux épisodes chaque semaine le mercredi.

A lire aussi:
Franklin : Michael Douglas captivant dans ce drame historique

Dans la même catégorie