Le « New Look » de Christian Dior incarnait un moment décisif dans la mode d’après-guerre, définissant la silhouette en sablier à jupe ample de la fin des années 1940 et du début des années 50. Lançant une nouvelle ère du chic parisien, il offrait un luxe glamour et féminin après des années de pénurie pendant la guerre. On pourrait donc s’attendre à ce que le drame de Dior de Apple TV+, « The New Look », célèbre le travail de Dior, écho au modèle des biopics d’artistes célèbres comme Elvis ou Amadeus. La bande-annonce annonce une querelle artistique à hauts enjeux entre Dior (Ben Mendelsohn) et Coco Chanel (Juliette Binoche), se disputant le leadership de l’industrie de la mode française. En réalité cependant, une grande partie de cette série de 10 épisodes est une exploration plutôt terne et peu développée de la vie dans le Paris occupé par les nazis.

Après quelques épisodes, on peut se mettre à soupçonner que le créateur de la série, Todd A. Kessler (Damages ; Les Soprano), ne s’intéresse pas vraiment à la mode, ce qui pose la question embarrassante de savoir pour qui cette série est réellement destinée. Certainement pas pour les passionnés de costumes, qui seront déçus par le manque relatif de robes magnifiques et d’expertise de l’industrie de la couture. Mais si « The New Look » est principalement destiné à être un récit de survie d’après-guerre, il ne suscite pas non plus l’enthousiasme dans ces termes. Dans la sous-catégorie surchargée des drames de la Seconde Guerre mondiale, celui-ci est nettement de qualité inférieure.

Chanel (Juliette Binoche, toujours impeccable) et Dior vivaient tous deux à Paris pendant l’occupation nazie — Chanel déjà célèbre, tandis que Dior travaillait pour le couturier Lucien Lelong (John Malkovich). Comme certains amateurs d’histoire le savent déjà, Chanel collaborait avec les nazis. Les affiliations de Dior pendant la guerre étaient plus ambiguës, fabriquant des robes pour les épouses nazies tandis que sa sœur Catherine (Maisie Williams) risquait sa vie dans la Résistance française.

« The New Look » présente Christian Dior comme timide, apolitique et peu énergique, passant une grande partie de son temps à s’inquiéter pour sa sœur. D’un point de vue humain, sa présence morose est une réaction compréhensible au traumatisme de la guerre. Mais cela rend le spectacle sans saveur. Avec son dialogue maladroit et sa caractérisation simpliste, « The New Look » n’est pas assez profond pour soutenir un protagoniste aussi passif. Sans parler du manque déconcertant de compréhension de l’art de Dior, qui fait à peine une apparition lors de la première moitié de la saison.

En tant que co-vedette, Coco Chanel s’en sort un peu mieux. L’infatigablement versatile Juliette Binoche la joue comme mesquine, opportuniste et légèrement stupide : une femme d’affaires autodidacte qui a survécu à une enfance difficile pour devenir une gosse de riche snob à l’âge mûr. Déterminée à préserver sa richesse et sa marque, Chanel ne montre aucun scrupule moral à aider les nazis.

Comme de nombreuses sorties d’Apple TV+, « The New Look » donne l’impression d’avoir de l’argent à dépenser. Nous avons droit à une multitude d’acteurs respectables comme Binoche et Malkovich, ainsi qu’une bande-son de chansons des années 1940 reprises par des musiciens de premier plan comme Nick Cave et Lana Del Rey. Pourtant, la plupart des scènes sont recouvertes d’une correction de couleur numérique floue, qui ressemble au mieux à une photographie vintage délavée, et au pire, à bon marché. Malgré le tournage de l’émission à Paris, les environs de Dior offrent très peu de personnalité. Les priorités de l’équipe créative semblent complètement décalées, tant sur le papier que sur l’écran — commençant par la question de pourquoi quelqu’un ferait un drame sur la mode qui ne se soucie visiblement pas de la mode.

A voir actuellement sur AppleTV+.

A lire aussi:
Joaquin Phoenix est 'Napoléon' dans un film d'action époustouflant signé Ridley Scott

Dans la même catégorie